La France est passée en phase 3, le confinement commence dans l’Hexagone et c’est la panique à bord ! Tu te demandes comment tu vas bien pouvoir continuer à développer ton business et trouver le temps de travailler au milieu de ce bordel (oui n’ayons pas peur des mots !).

Comme tu le sais (ou pas !), j’habite à Parme, en Italie et nous faisons partie des toutes premières régions mises en confinement lorsque le COVID-19 a frappé l’Italie. En gros, ça veut dire que j’attaque la 4ème semaine de confinement avec des enfants de 5 et 3 ans, H24 à la maison. Autant te dire que je commence a avoir un peu de bouteille en matière de fin du monde et de philosophie !

Plus sérieusement, je comprends ce qui se passe pour toi et il est important pour moi de partager ce que j’ai traversé pour que tu abordes le plus sereinement possible cette période et que tu fasses le plein d’astuces. Je vais donc écrire régulièrement sur le blog et publier des vidéos sur mon Instagram, pour te donner des conseils pratiques et de développement personnel. L’objectif est simple : que tu puisses continuer à travailler et que tu ne pètes pas un boulooooonnnnn ! (Qui qui qui a la référence ?).

 

 

J’ai donc décidé, pour commencer, de te décrire les 5 phases par lesquelles tu risques de passer…

Le confinement, c’est comme un deuil

On y a bien réfléchi avec mon homme et on a abouti à cette conclusion : le confinement nous fait passer par les mêmes phases que le deuil. À savoir :

  1. Le déni
  2. La colère
  3. La négociation
  4. La dépression
  5. L’acceptation

Il faut dire que c’est un peu un deuil en effet. Certes temporaire, mais personne ne peut dire à l’heure actuelle quand les choses reviendront à la normale. Quand ça a commencé en Italie, la première semaine, les mesures n’étaient pas très strictes et on prenait tous ça à la légère. Persuadés que l’école allait rouvrir la semaine suivante, que c’était une petite pause de rien du tout. #Naïfs ! Et puis… on a déchanté et on a fini par comprendre que ça allait durer… et qu’il fallait s’y faire.

Phase 1 : Le déni

Le déni, c’est un peu ce que je viens de te décrire. Un état qui oscille entre le sentiment qu’on nous ment, que tout ça va vite finir, que l’on n’est pas concerné puisqu’on n’est pas un public à risque… Je pense que nombre de français étaient dans cette phase ces jours-ci et que ça évolue déjà vers d’autres états… même si je lis des trucs ahurissants sur les réseaux sociaux.

 

 

Phase 2 : la colère

Voilà une étape qui peut durer quelques temps. Parce qu’on n’est pas du tout prête pour ça ! Plus de temps pour soi, la sollicitation H24 des enfants, le sentiment d’être submergée. Et toutes ces choses à faire, plus toutes celles qu’on avait prévues. Et quid des bonnes résolutions ? Pas de pot, c’était pile aujourd’hui que tu avais décidé de te mettre au sport, de tester un nouveau mode d’organisation, d’enfin créer ton premier article de blog, etc.

Bon et bien tout ça, oublié ! Parti en fumée ! Il va falloir composer avec ce que tu as là tout de suite maintenant. Et tu peux me croire, ça n’a pas que du mauvais (on en reparle prochainement).

À lire : Coronavirus : comment s’organiser et travailler sereinement (avec les enfants à la maison)

Il n’empêche qu’avant de voir le positif, tu vas avoir les boules. Il faut pas se mentir. Pour ne rien te cacher, dans les premiers jours du confinement, j’ai même cassé une chaise chez moi ! Tellement j’étais furieuse ! Le sentiment de ne jamais sortir la tête de l’eau. Après toutes les maladies de l’hiver pour les enfants, les contretemps, les ci, les ça. Le sort s’acharne ou quoi ? Tu vas le  penser aussi. Ne t’inquiète pas. Laisse passer la tempête et sois indulgente envers toi-même. La situation n’est pas simple.

Phase 3 : la négociation

C’est ce moment où tu commences à composer avec ta nouvelle réalité et que tu cherches désespérément des chemins de traverse, des solutions pour que ça soit mentalement acceptable. Pour nous, ça a été la période “baby sitter”. Qui n’a duré qu’une semaine. Elle est venue 3 heures par jour pendant quelques jours. On trouvait ça “pas idéal” mais “toujours mieux que rien”.

Mais en même temps, tu sais que ça ne peut pas durer. Le confinement, c’est exigent. Et puis il y a plein d’aspects logistiques collatéraux. Dans notre cas, la baby sitter est étudiante et plus le confinement se prolonge, plus elle a des cours en visioconférence donc moins de dispo, bref. Au bout d’un moment, mieux vaut que chacun reste chez soi jusqu’à ce que ça se tasse…

À lire également : Apprendre à affirmer ses besoins

Phase 4 : la dépression

Je l’ai expérimenté pas plus tard que la semaine dernière. Quand Emmanuel Macron a fait son allocution et que la baby sitter a décommandé pour le lendemain. Ça a été comme une prise de conscience. Un sentiment de : “mince, ça se propage” et de “punaise, on en a pour un bail !”. Oui, il faut être lucide, ça va durer un certain temps. Et tu peux le prendre avec philosophie dès maintenant, mais quand ça fera des semaines et que tu te rendras compte que tu en as encore pour des semaines… il y a de quoi craquer, crois-moi. C’est inévitable, tu vas toucher le fond. Et puis ça va repartir…

 

Phase 5 : L’acceptation

Enfin tu vas commencer à contempler cette nouvelle réalité. Avec le coeur serré par moments mais aussi avec sérénité parfois. Parce que tout n’est pas noir, que tu vas énormément réfléchir sur toi, ton mode de vie, ce qui compte vraiment, et que tu vas découvrir plein d’avantages dont je te parlerai très bientôt. Ça ne veut pas dire que tout devient rose dans le meilleur des mondes. Mais seulement que tu as arrêté de lutter pour “conserver” ton rythme et ton mode de vie habituel. Que tu prends les choses avec plus de recul et que tu prends tes marques dans cette nouvelle réalité.

À lire également : 11 idées de travail à domicile sur internet

Dans tous les cas, je tiens absolument à te rassurer. Tu vas y arriver ! Mon entreprise continue à tourner, j’ai réussi à trouver du temps pour travailler, ça fonctionne. Dans le prochain article/vidéo, je vais te partager mes conseils d’organisation pour continuer à trouver du temps malgré les conditions et les enfants H24 à la maison.

Si tu as la moindre question ou si tu aimerais que je traite certains sujets, n’hésite pas à me partager tout ça en commentaire. Je vais également livrer beaucoup de choses par mails, donc n’hésite pas à t’inscrire (tu pourras en même temps accéder au super kit de la webentrepreneuse débutante).

Je te dis à très vite et je t’envoie plein de bonnes ondes !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Charlène|Conseil&Formation (@disletouthaut) le

À lire également :

Charlène

100 idées à la seconde, de la musique dans la tête, de la passion dans le sang. Expat, maman, webentrepreneuse, j'accompagne les entrepreneuses passionnées à vendre leur produit de manière éthique et authentique, en restant 100% elles-mêmes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

C'est le moment de te former pour développer un business qui cartonne et devenir 100% indépendante !

CODE PROMO : GOODVIBESFORMATION

05
Jours
06
Heures
24
Minutes
12
Secondes
86 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez