comment devenir rédacteur web ?

Rédaction web : 5 questions que tu te poses (et de vraies réponses)

Tu veux devenir rédactrice web ? Tu n’es pas la seule ! Cette possibilité est de plus en plus étudiée par toutes celles qui cherchent un moyen de travailler à domicile, sur internet et de gagner un complément de revenus voire un véritable salaire. Sur le papier, le métier attire et on finirait presque par croire que c’est l’eldorado. Tu sais, le truc le plus facile du monde. Toi sur une plage, un ordi sur les genoux travaillant de 9h à 11h deux fois par semaine sous les embruns marins.

Pourtant, je sais aussi que dès que tu creuses la question, les angoisses arrivent : combien on gagne ? Peut-on vraiment vivre de la rédaction web ? Faut-il être freelance ? Et d’abord ça veut dire quoi au juste ? Et puis en plus… comment sauter le pas et ne pas se faire bouffer par ce bon vieux syndrome de l’imposteur ???

Aujourd’hui j’ai décidé de répondre aux questions que l’on me pose le plus fréquemment ! Et je jure de ne dire que la vérité et rien que la vérité. TADA ! (Si tu l’as pas, c’est le bruit de New-York Unité Spéciale quand ils changent de lieu : Tribunal de la 37ème rue. 13 novembre. 11h23).

1. Débuter en tant que rédacteur web : faut-il s’inscrire sur les plateformes ?

Je t’avais déjà parlé des différentes plateformes pour dans mon article « Comment devenir rédacteur web freelance« . Je les évoquais comme un moyen de se mettre le pied à l’étrier. Éternel débat que celui-là. D’aucun diront qu’ils n’y ont jamais eu recours, d’autres que c’est incontournable. J’ai envie de te dire un « en même temps ». #MacronReprésente

Pour ma part, mes premiers contrats sont venus des plateformes. Personnellement j’y ai vu les avantages suivants :

  • Trouver des offres facilement
  • Tester mes compétences et mon intérêt pour le métier
  • Me jeter à l’eau
  • Découvrir la réalité du job
  • La garantie du paiement

Sur les plateformes, il y a deux options. Soit tu as des offres à dispo et premier arrivé premier servi. Soit tu postules aux offres postées par les clients.

Dans les deux cas tu es mal payée. Mais déjà, tu es payée ! Le client provisionne la somme à l’avance et tu la touches après la livraison, en fin de mois. Tu n’as donc pas à gérer le relou qui fait traîner ou qui disparaît dans la nature.

Mais ce n’est pas tout ! Tu te formes ! Finalement, au lieu de tout planifier puis de trouver ton premier client qui voudra bien te payer le juste prix, là tu apprends en faisant. Et en même temps, cela t’aide à te créer ton portofolio.

En résumé :
Pour ma part, je suis plutôt favorable au démarrage via les plateformes. Cela n’empêche en rien de chercher ses propres clients par d’autres biais. Mais, les plateformes restent un moyen simple de décrocher ses premières missions de rédaction web.

2. Peut-on vraiment vivre de la rédaction web ?

Oui et non. « Ah bah merci bien madame » ! Ne prends pas la mouche petit scarabée. Tu me connais, ça n’est pas mon genre de te laisser sur le bas côté tel un animal abandonné genre pub pour la SPA. #tristesse

Bref, comme pour tout je pense qu’il y a différentes façons d’aborder les choses et surtout de faire évoluer son activité et son savoir faire. Mon avis c’est que si tu restes sur de la rédaction web pure et dure ce sera difficile d’en faire ton activité principale. En tout cas, pas sans y passer un certain temps et en multipliant les petites missions. Ce que j’entends par rédaction « pure et dure », ce sont des textes orientés SEO, sans plus value particulière. Un style formel, bien tourné, fluide, qui n’en appelle pas à la spécificité de ta plume.

Disclaimer : Il n’y a rien de mal à ça et même il y a beaucoup de travail pour ce genre de mission. Mais, je pense qu’il y a un mais… !

Penser dans la durée…

À mon sens, c’est exactement le genre d’opportunité à saisir à la pelle quand on démarre. Même si ça n’est pas hyper bien payé. Encore une fois : on se fait la main. Le problème à mon sens, c’est que l’on se retrouve en concurrence avec tout le monde. Il n’y a pas de « plus » à notre prestation. Donc, il y a de fortes chances pour que quelqu’un de moins expérimenté, pas trop mauvais et peu regardant sur le tarif, fasse le job et te pique les dites missions.

D’où l’intérêt selon moi de progressivement se spécialiser et de développer son offre et sa clientèle dans certaines thématiques précises ou sur certains types de prestations.

À titre d’exemple, j’écris aujourd’hui essentiellement pour des clients orientés webmarketing ou développement personnel. Mon nom circule parce que, tout particulièrement pour la deuxième thématique, il y a besoin de plus que de simples textes à mots-clés. Les personnes qui publient des articles ou écrivent des newsletters sur ces questions veulent créer de l’émotion, du lien, faire passer un message. Beaucoup plus intéressant à lire (et à écrire) !

3. Combien peut-on espérer gagner en tant que rédacteur web débutant ?

S’il y a bien un truc ultra pénible quand on veut obtenir ce genre d’info, c’est cette espèce de langue de bois où chacun va dire : « ça dépend », je peux pas te dire, bla bla bla. Bullshit. Il y a quand même des espèces de normes.

Une agence généreuse proposera souvent au mieux entre 0,05 et 0,07cents/mot selon qu’il s’agisse d’une mission one shot ou plutôt d’un contrat récurrent. Plus on est expérimenté plus on peut faire grimper ce tarif évidemment.

Il existe différentes façons de calculer son tarif :

  • au mot
  • au forfait
  • à l’heure

Le plus répandu reste le tarif au mot. Mais en gagnant en expérience tu te rendras compte que ça n’est parfois pas adapté et qu’il vaut mieux appliquer, par exemple, un forfait journalier.

Les plateformes quant à elles, offrent plutôt des missions rémunérées entre 0,01 et 0,04 cents (au mieux) du mot. Donc oui, il faut enchaîner et enchaîner pour se faire un salaire honnête. Mais le but est quand même de se détacher rapidement de ces sites pour se créer sa propre clientèle.

À lire également : Comment se démarquer (vraiment) de la concurrence

Le montant de mes premiers revenus de rédactrice web

Comme je tiens un tableau de ma compta depuis le premier jour, je me suis penchée pour toi sur mes premiers revenus.

Sur le premier trimestre de mon activité j’ai gagné : 4150€ avec un premier mois à 1200, un second à un peu plus de 2000 et un troisième à 800 et des brouettes. Je pense quand même que j’ai eu la chance de tomber sur des agences qui étaient prêtes à payer le juste prix. Je n’ai pas obtenu ces revenus uniquement grâce aux plateformes.

Bien évidemment, on ne parle là que de mon CA (chiffre d’affaire), duquel il faut ensuite déduire les charges (environ 23%) et les impôts !

Mais comme tu le vois, il y a des mois plus gros que d’autres, selon les contrats que tu décroches mais aussi ton propre rythme, tes congés ou obligations personnelles etc.

Donc à la question : peut-on se dégager un salaire honnête, je réponds oui bien sûr ! Avec quelques précisions qui arrivent dans le point suivant…

4. Peut-on bien gagner sa vie en tant que rédacteur web sans y passer ses jours et ses nuits ?

Pou. Pou. Pou. Vaste question aux réponses tellement multiples à vrai dire. Parce que tout le monde fonctionne différemment. Certains ont besoin de beaucoup d’heures pour peaufiner, revenir sur le travail effectué. D’autres sont du genre à faire le travail de la semaine en une demi journée. Disons que cela dépend :

  • De ta maîtrise du sujet
  • De l’exigence du client en terme de SEO
  • Du nombre de mots (plus de mots égal temps de travail exponentiel. Il faut être plus complet, faire plus de recherches, etc.)
  • De ton propre perfectionnisme
  • Des délais

Je m’arrête sur le dernier point. Voilà un des revers des plateformes de rédaction et notamment de redacteur.com. Il faut indiquer un délai. Et les clients, quand ils ne te connaissent pas, sont tellement habitués à avoir tout, tout de suite, qu’il est souvent préférable de proposer un délai de rédaction court (24 ou 48h) pour décrocher les contrats. Donc, ça peut créer un petit rush.

Mes journées type

J’ai eu des périodes chargées mais lorsque j’ai débuté la rédaction web, ma fille n’allait à la crèche que 3 jours par semaine jusqu’à 15h30/16H et je m’en sortais.

À lire également : De femme au foyer à entrepreneuse épanouie en 6 mois

En règle générale, avant de créer Dis le tout haut, je travaillais 4 jours/semaine jusqu’à 14h/15h selon les jours. Parfois en période de grosses commandes un peu plus. Je n’ai pas l’impression que la rédaction me prenne tout mon temps mais encore une fois, c’est aussi parce que j’ai assez rapidement pu trouver des clients récurrents, que j’écris vite et que je ne passe plus par les plateformes.

Donc le temps que tu vas passer dépend de pas mal de facteurs. Cela étant, de manière générale et par rapport à ce que je constate autour de moi, je pense que le démarrage demande quand même un investissement de temps. Ne serait-ce que pour postuler aux missions, faire les recherches, bien analyser les demandes des clients. On doute beaucoup, on relit 10 fois. C’est normal 🙂

Il faut aussi prendre en compte ses contraintes, ses congés etc. Et bien anticiper…

5. Faut il s’y connaître en SEO ?

Je terminerai par ce point. À moins de se spécialiser en copywriting (je t’en parle bientôt) ou de ne faire que de la biographie, du storytelling etc. il est inconcevable de travailler en tant que rédactrice web sans maîtriser un minimum le SEO.

Pour rappel, il s’agit des techniques permettant d’améliorer le référencement naturel d’une page web dans les moteurs de recherche. Et ne nous voilons pas la face. Une grande partie des clients qui cherchent un rédacteur web attendent cela : être premier sur Google.

À lire également : Référencer son site sur Google en 2019 : 5 outils pour trouver ses mots clés

Il n’y a pas besoin d’être un référenceur expert. C’est même carrément un autre métier. Mais comprendre comment fonctionne Google, savoir utiliser habilement le champ sémantique, déterminer les mots clés, tout cela avec fluidité. Oui c’est important.

Être capable aussi de conseiller, d’apporter un oeil connaisseur à l’existant, c’est ce qui fera la différence, à terme, auprès de tes clients et te permettra de sortir de la simple rédaction.

Voilà mon petit scarabée. J’espère que cet article t’aidera à y voir un peu plus clair et répondra à certaines de tes questions. Si tu en as d’autres, n’hésite pas à les laisser en commentaire. Tu peux également rejoindre le club privé et recevoir des conseils spécifiques à la rédaction web. À très vite !


À lire également :


Charlène

100 idées à la seconde, de la musique dans la tête, de la passion dans le sang. Expat, maman, multipot, web entrepreneuse je crois que la vie n'est faite que de nouvelles chances et je compte bien te le prouver !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

100 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez