travailler à domicile quand on est maman

De mère au foyer à entrepreneuse épanouie en 6 mois

Il y a un an, j’étais encore une maman à la maison. Ma petite dernière avait 8 mois, nous étions fraîchement expatriés en Italie et il y avait bien assez à faire entre les soucis administratifs, l’école de l’aîné, l’apprentissage de la langue et la gestion de ces deux petites bouilles. Il n’était d’ailleurs pas vraiment question que je recommence une activité salariée avant au moins deux ans. Oui mais… j’avais vraiment envie de travailler à domicile et de trouver ma voie

Le blogging comme point de départ

Je tenais un blog voyage depuis déjà plusieurs années et j’avais ouvert un second blog consacré à mon expatriation. Plus les jours avançaient, plus je l’alimentais, plus je sentais bien que…ahhhh l’écriture c’est mon truuuuc quoi ! Et c’était pas un scoop, qu’on se le dise, je le savais. MAIS, ce que j’ignorais jusque là, c’était qu’écrire pour le web était un vrai métier… en pleine explosion !

Au hasard d’un article (de blog of course !), je découvre la rédaction web. Travailler de chez soi, n’importe où dans le monde et être payé pour écrire ? Whhhaaattt ? You must be kidding me ?

Dès lors, cette petite idée a commencé à germer. Oui mais…

Entreprendre avec un bébé : be brave

À ce moment, mon fils aîné de 3 ans, s’adapte mal à l’école italienne et ne peut pas faire de journées complètes. Ce qui signifie qu’il n’est absent de la maison que 3 heures par jour. Et pour ne rien gâcher, il enchaîne les maladies tout l’hiver et se retrouve déscolarisé pendant 3 mois ! Tandis que ma plus jeune est là H24, Seven Eleven. ..

Comprends bien qu’à ce moment là j’ai juste envie de disparaître. L’épuisement, la perte totale de repères, gérer les rendez-vous chez le doc en italien alors que je ne parlais pas un traître mot en arrivant… c’est pesant. Je n’ai personne, mais vraiment personne pour m’aider. Toute notre famille, nos potes sont en France. Nous sommes là depuis 3 mois, on ne connaît personne. Mon homme fait ce qu’il peut mais bon, il bosse quoi ! Je pleure tous les jours. En un mot : loose !

À ce stade, en général on se dit : « allez fais une sieste pendant que tout le monde dort » (et à l’époque ma fille ne dormait presque pas de la journée et hurlait pour d’obscures raisons). Bon bah à la place, j’écrivais pour mon blog, je testais, j’optimisais, j’apprenais tout ce que je devais savoir sur le SEO pour être une bonne rédactrice web. Parce qu’en fait, j’avais fait un pacte tout bas, juste avec moi : j’allais me lancer !

À lire : Changer de travail avec des enfants : utopie ou bonne idée ?

L’attente n’est pas une option

Je pense que quand une chose ne te convient pas et que tu le sais, tu n’as absolument aucun intérêt à faire durer le malaise. Parce que tu crées des frustrations énormes qui finissent par se transformer en aigreur. Au final ça n’est ni bon pour toi, ni pour tes proches. Et clairement, la vie de mère au foyer n’est pas pour moi. Tout comme celle de working girl aux horaires étendus et aux déplacements en pagaille, d’ailleurs. Je veux être là pour mes enfants, être une maman gâteau, mais j’ai besoin d’autre chose, d’exister en dehors de la maternité.

Alors que je n’ai toujours pas de garde pour la petite, je me lance. Un matin, je passe les tests de quelques plateformes, sur lesquelles je suis admise avec la note maximale. Ça me dope. Je me dis que mon intuition est la bonne. Une semaine après je décroche ma première mission et depuis ça ne s’est plus jamais arrêté.

Nous avons d’ailleurs très rapidement dû trouver une crèche parce que mes sessions de travail à une main avec la petite dans les bras n’étaient pas viables. La machine était lancée, mon épanouissement et ma prise de confiance en pleine explosion.

À lire : Un an d’entrepreneuriat : le bilan

Toujours plus loin, toujours plus haut

Cette première année d’entrepreneuriat a été la plus riche de toute ma vie. Un vrai dépassement. J’ai l’impression d’être stimulée tous les jours, d’apprendre sans cesse. Je suis aujourd’hui à ma place. J’entreprends sur le web en créant une activité à mon image qui dépasse à présent largement la rédaction web. Et c’est ce que je voudrais qui t’arrive également. Parce que je sais à quel point ça fait mal de douter, de ne pas se plaire dans ce que l’on fait, de se résigner. Et d’autres possibles existent.

L’entrepreneuriat sur internet m’a permis de délaisser mon statut de desperate housewife pour prendre pleinement ma vie en main, loin du job alimentaire sur lequel j’aurais sauté avant, pour m’enfuir de la maison.

Toi aussi tu veux changer de vie mais tu ne sais pas par où commencer ? Rejoins le programme gratuit « 10 jours pour révéler mon potentiel », et apprend à te (re)découvrir.


Articles liés

Le jour où j’ai suivi mon mari à l’étranger

Changer de travail avec des enfants : utopie ou bonne idée ?

Un an d’entrepreneuriat : le bilan

11 idées de travail à domicile sur internet

Comment devenir rédacteur web freelance

Comment changer de vie : le web à la rescousse

7 astuces pour un burn out réussiN

Je déteste mon travail : on fait comment ?


Charlène

100 idées à la seconde, de la musique dans la tête, de la passion dans le sang. Expat, maman, multipot, web entrepreneuse je crois que la vie n'est faite que de nouvelles chances et je compte bien te le prouver !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

242 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez